Haut de page

 
Flux RSS Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte

Contenu

Très haut débit résidentiel : un chantier pour les vingt prochaines années

19 février 2009 (mis à jour le 23 février 2009)
Le point sur la problématique du déploiement du FTTH résidentiel et sur les mesures visant à le faciliter. Article publié dans la revue Travaux en novembre 2008.
illustration
Résumé :

Annoncé fin 2006 par les principaux opérateurs, le déploiement à grande échelle des réseaux de desserte très haut débit en fibre optique s’est jusqu’à présent heurté à deux obstacles : une barrière horizontale, le coût du génie civil ; une barrière verticale, la mise en place du câblage optique à l’intérieur des immeubles.

La loi de modernisation de l’Économie a introduit en août 2008 plusieurs dispositions visant à faciliter le déploiement dans les immeubles : obligation de mutualisation des lignes optiques déployées, convention entre opérateurs et propriétaires, « droit à la fibre » inspiré du droit à l’antenne. Dans les immeubles collectifs neufs, le câblage optique dès la construction devient obligatoire à partir du 1er janvier 2011. Au-delà des zones denses et des immeubles collectifs, les aménageurs peuvent prendre des mesures pour faciliter le déploiement ultérieur du très haut débit par fibre optique. Dans les nouveaux lotissements résidentiels par exemple, le maître d’ouvrage devrait prévoir dès la conception la mise en place d’une infrastructure neutre et mutualisée, permettant aux différents opérateurs de desservir les futurs habitants. Il s’appuiera pour cela sur une ingénierie neutre, réalisée de préférence par un prestataire indépendant des opérateurs.

Article publié dans la revue Travaux en novembre 2008


Télécharger :

 
Flux RSS des commentaires
 
 
 

Pied de page