Haut de page

Logo préfècture région

 Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Approfondir

Contenu

Le haut débit à l’échelle européenne et internationale

partager sur facebook partager sur twitter
10 mai 2007 (mis à jour le 11 mai 2007)

Chaque année, des rapports européens ou internationaux essaient de mesurer l’avancée du haut débit des différents pays, à l’échelle européenne ou internationale. Cette thématique du haut débit (et de plus en plus du très haut débit) est aujourd’hui regardée avec attention dans l’analyse comparative entre pays, et dans leurs perspectives de développement.

Le haut débit en Europe

Le 27 avril 2007, la Commission Européenne rend publique une enquête réalisée fin 2006 auprès d’un échantillon représentatif des pays de l’Union Européenne (L’"E-communications Household Survey"). Il en ressort les chiffres suivants :
- 28% des foyers européens sont connectés au haut débit (+ 6 point en un an)
- seulement 12% des foyers européens sont connectés en bas débit (-3 points en un an)

La technologie ADSL représente aujourd’hui 53% des accès haut débit en Europe (en France ce chiffre atteint les 95%).

Et le très haut débit?

Le raccordement en fibre jusqu’à l’abonné (FTTH, fiber to the home) connaît un virage important en Europe : en 2006 l’IDATE identifiait (dans les 25 pays de l’Union Européenne + la Norvège, la Suisse et l’Islande) 820 000 personnes abonnées à une offre de fibre, et 2,74 Millions de foyers raccordables. Un an après, le nombre d’abonnés à augmenté de 32%.

Aujourd’hui 96% de ces abonnés FTTx sont concentrés dans 5 pays seulement (Suède, Italie,Danemark, Pays-Bas et Norvège) : la France est en 6ème position avec une dizaine de milliers d’abonnés.


Le haut débit dans le monde

Si les Etats-Unis représentent le parc d’abonnés haut débit le plus important, ils n’occupent pas pour autant aujourd’hui la première place en terme de taux de pénétration du haut débit dans les foyers. Aujourd’hui, quelques figures des pays asiatiques et nordiques se distinguent particulièrement à l’échelle mondiale.

La technologie ADSL reste dominante à l’échelle mondiale. Mais le recours au câble ou à la fibre dépend fortement d’un pays à l’autre (suivant la qualité du réseau téléphonique, le développement du câble, les choix d’investissements des acteurs, notamment des opérateurs historiques, ...). Ce tableau publié par l’IDATE dans son rapport Digiworld 2007 montre quelques exemples de cette diversité :

L’OCDE, l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques, publie en mai 2007 son rapport 2006 sur le taux de pénétration du haut débit au niveau mondial. Les pays nordiques sont comme à leur habitude bien positionnés, notamment avec le Danemark, les Pays-Bas et l’Islande, qui occupent les 3 premières places (taux de 30 à 32% environ).

La France se trouve au 13ème rang, avec un taux proche de 20%, devant le Japon et les Etats-Unis (ces derniers étaient 4èmes en 2001 ... ).

Concernant le très haut débit, l’avance de la Corée du Sud et du Japon dans les réseaux FTTx (aujourd’hui opérationnels) est évidente : les investissements de l’opérateur KT pour amener la fibre au pied des immeubles coréens, et ceux de l’opérateur historique japonais NTT Communications dans les accès FTTH placent ces deux pays loin devant les autres. De tels résultats se lisent dans le classement de l’OCDE (disponible ci-dessous), dans la colonne "Fibre / LAN".

Proposant une approche plus globale, le World Economic Forum publie fin mars 2007 son rapport sur le degré d’avancement des TIC dans plus de 100 pays : le "Global Information Technology Report" se base pour cela sur un indicateur baptisé NRI (Network Readiness Index). Cet indicateur mesure le degré de préparation d’une nation à participer et à bénéficier des développements des TIC. Il comprend des indices concernant le cadre général (état du marché, cadre législatif et politique, infrastructures...), et d’autres comprenant l’avancement des TIC et leur utilisation auprès des individus (professionnels, particuliers, acteurs publics).

Selon ce classement, la France arrive en 23ème position, perdant une place relativement au classement 2005. Le Danemark occupe cette année le premier rang, place occupée en 2005 par les Etats-Unis, aujourd’hui 7ème.

En savoir plus

- avril 2007 : E-Communications household survey (Europe Information Society)
- mars 2007 : Le haut débit en Europe (Idate)
- mars 2007 : The Global Information Technology Report (World Economic Forum)
- avril 2007 : DigitalWorld2007 (Idate)


Télécharger :


Flux RSS des commentaires
Commentaires sur l'article
  •  Un autre classement international proposé par l’ITIF , par Brigitte Vautrin http://, le 5 septembre 2007 à 15h38

    L’ITIF (the Information Technology & Innovation Fondation) propose de compléter le classement de l’OCDE en intégrant d’autres paramètres, afin de mesurer plus finement la performance haut débit d’un pays à l’autre. En plus de la pénétration (taux de foyers connectés), la vitesse moyenne du débit descendant accessible est également pris en compte, ainsi que le tarif moyen proposé pour un débit donné ("price per bit").
    La France obtient une note globale la plaçant au 7ème rang sur les 30 pays étudiés, gagnant ainsi 6 places sur le classement OCDE. Elle est 5ème concernant la vitesse moyenne des débits descendants, et ses tarifs particulièrement bas lui donnent la 4ème place dans le classement des tarifs pratiqués (pour 1 Mbit/s).

    En savoir plus sur le classement de l’ITIF :
    Daniel K. Correa, ITIF, avril 2007, "Assessing Broadband in America : OECD and ITIF Broadband Rankings (http://www.itif.org/files/BroadbandRankings.pdf)"

Pied de page

Site mis à jour le 23 octobre
Plan du siteCETE de l’OuestActualités par flux RSS  | AuthentificationFlux RSS