Haut de page

Logo préfècture région

 Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Ressources

Contenu

2007 - Méthodologie de cartographie de la couverture DSL

partager sur facebook partager sur twitter
1er août

« Seule une connaissance approfondie et structurée du territoire peut permettre à l’État, d’une part, de décliner avec efficacité ses politiques nationales et, d’autre part, d’accompagner la mise en œuvre des projets des acteurs locaux qui sont adaptés et cohérents avec les enjeux identifiés.
Le ministère des transports, de l’équipement, du tourisme et de la mer (MTETM), de par ses missions, notamment en matière de planification intercommunale et communale, mais aussi du fait de son organisation, avec un réseau territorial très important et un réseau scientifique et technique développé, contribue largement à cette connaissance. »

(rapport sur l’évaluation de la connaissance des territoires par les services du ministère de l’Equipement)

La connaissance des territoires est un ressource essentielle pour les collectivités territoriales, elle constitue un réel outil de décision et d’action pour le développement local. La méthodologie de cartographie DSL présentée ici s’inscrit parfaitement dans la problématique de l’aménagement numérique des territoires. Elle permet de produire des cartes de couverture DSL du territoire afin de localiser les zones non couvertes (zones blanches) ou mal couvertes (débit faible).

Principe général

La méthode de production des cartes de couverture DSL nécessite la collecte des informations géographiques et des informations techniques liées à l’usage du DSL, pour en faire une interprétation cartographique. Le principe général de la méthode est le suivant :

- recueil des coordonnées des lieux-dits habités et recherche des numéros d’abonnés au téléphone y résidant
- recherche d’informations sur les caractéristiques physiques de ces lignes géolocalisées, afin de déterminer les capacités en termes de services DSL
- contrôle de cohérence sur les données techniques des lignes téléphoniques à partir du calcul de la position des noeuds de raccordement d’abonnés
- spatialisation des données ponctuelles pour produire des zones iso-débit

Déroulement

Recueil des informations préalable

Pour cette opération , il faut disposer d’un accès aux différentes bases de données nécessaires (annuaire et géographique). Ensuite le processus d’acquisition des informations consiste à :

- rassembler l’ensemble des numéros de téléphone d’une zone donnée, à partir d’un annuaire
- rassembler l’ensemble des lieudits géolocalisés de cette même zone
- et enfin à rapprocher les numéros de téléphone des lieudits géolocalisés, à partir d’un travail de mise en correspondance sur les adresses.

Récupération des informations sur les lignes

La récupération des informations techniques (NRA de rattachement, longueur de ligne, affaiblissement) sur les lignes sélectionnées précédemment permet de déterminer le débit possible sur la ligne et les possibilités d’accès à des services DSL. Ces informations sont disponibles chez France Télécom (base Ariane) qui est tenu de les mettre à disposition des opérateurs alternatifs dans le cadre du dégroupage. Elles sont également consultables indirectement via des services web d’éligibilité du type www.degrouptest.com, ou www.eligibilite-adsl.com.

jpg - 328 ko
Chaque rond représente un lieu-dit géolocalisé, qualifié en fonction du débit ADSL maximum permis par les caractéristiques techniques des lignes téléphoniques qui y aboutissent. Ces points sont schématiquement reliés à leur NRA de rattachement.

Contrôles de cohérence et filtres

La méthode appliquée à un territoire important (département, région,...) traite un grand nombre de données, environ 15 000 points géoréférencés et 20 000 numéros de téléphone à l’échelle d’un département. Compte tenu de ces chiffres importants et des fréquentes rotations dans les lignes téléphoniques (déménagements, changement d’opérateur), des incohérences peuvent apparaître entre les différentes bases de données utilisées.

Des opérations de contrôle et d’élimination des données erronées sont donc indispensables. Les contrôles portent notamment sur la localisation des NRA et sur la vérification de la pertinence des données techniques des lignes téléphoniques au regard de leur éloignement géographique du NRA de rattachement.

Spatialisation des données ponctuelles

L’interprétation cartographique est la dernière étape du traitement des données. Il s’agit de spatialiser les données ponctuelles obtenues précédemment. On trace les contours des classes de débit ADSL et on repère les zones de débit ADSL par coloration.

jpg - 318.5 ko
A partir des données ponctuelles au lieu dit, une analyse par coloration continue (par simple interpolation) permet de représenter graphiquement les tendances par zone. Des seuils de débit correspondant à différents niveaux de service sont matérialisés.


Avantages et inconvénients de la méthode

Avantages

- Bonne couverture des zones rurales de faible densité malgré l’absence de possibilité de localisation à l’adresse, grâce à une approche partant d’un maillage du territoire et non d’un échantillonnage de la population
- Bonne précision dans le zonage et la délimitation des zones blanches à l’échelle lieu-dit / quartier
- Nécessite un nombre restreint de couples numéro / affaiblissement
- Relative robustesse face aux réattributions de numéros

Inconvénients

- Approche intrinsèquement située à l’échelle du lieu-dit, ne permet pas de descendre au bâtiment
- Ne permet pas de traiter les zones urbaines (absence de lieu-dit apparaissant dans l’adresse)
- Tributaire de la qualité du renseignement des adresses dans l’annuaire

Exemples

- Couverture ADSL Bretagne

- Couverture ADSL Nord Pas-De-Calais

- Couverture ADSL des Pays de la Loire

- Couverture ADSL de l’Auvergne

- Couverture ADSL des Monts du Forez

- Couverture ADSL des Monts du Pilat

Annexe

Les logiciels utilisés sont :

- un gestionnaire de base de données relationnelles (ici MySql),
- un langage de script au niveau du serveur de bases de données qui interface les bases de données avec le web et permet la manipulation des données (ici PHP),
- un logiciel de cartographie informatisée (ici Mapinfo)

7  commentaire(s) sur cet article - dernier commentaire le 4 novembre 2011

Pied de page

Site mis à jour le 9 octobre
Plan du siteCETE de l’OuestActualités par flux RSS  | AuthentificationFlux RSS